• Féerix Club: Chapitre 11

     

    Chapitre 11 :

    Le Gardien de Mervonia

     

    Sous le coup de la surprise, les cinq jeunes filles restèrent un instant interdites, ne sachant que répondre. Puis Irissa tenta d'apporter une explication, que son frère balaya d'un geste impatient de la main.

    • Non, je veux la vérité, pas des bobards, décréta-t-il. Allons en parler au salon.

    La tête baissée, s'interrogeant du regard, les filles le suivirent au salon dans un silence tendu, rompu seulement par les chuintements de leurs robes lorsqu'elles marchaient. Diego, comprenant que quelque chose se passait et que le groupe d'amis devait s'expliquer, leur montra un salon fermé, garni d'un canapé et de plusieurs fauteuils. C'était une pièce lambrissée dont les murs disparaissaient sous des bibliothèques surchargées de volumes. Stefan remercia Diego et lui fit signe qu'il n'était pas obligé de rester mais le jeune homme insista pour ne pas partir, tout en sachant parfaitement qu'il ne comprendrait rien à ce qui se dirait. Tristan s'installa à son tour, ses yeux n'ayant pas quitté Melodia depuis plusieurs minutes. Lorsque Talia, la dernière entrée dans la pièce, fut assise sur le canapé à côté de ses amies, Diego alla refermer la porte et la voix de Stefan s'éleva à nouveau:

    • Alors?

    Troublées, les fées hésitaient à répondre. Jamais il n'avait été question de mêler Stefan à leurs aventures à Mervonia et là, en plus, un magicien de Flèche d'Azur était présent et les avait entendues. Les choses n'allaient vraiment, vraiment pas comme il fallait. Sienna aurait mis sa main à couper que Stefan jugerait trop risqué de retourner à Mervonia, Tristan ne garderait pas le secret pour lui et inévitablement, Sienna verrait son pendentif confisqué. Et Nathan? Qu'allait-il penser si elles ne revenaient pas? Qu'elles avaient menti? Qu'elles n'étaient pas dignes de confiance?

    • On pourrait peut-être en reparler à Alfea non? avança doucement Irissa en jetant un regard en biais à Tristan.

    Celui-ci croisa les bras et ferma les yeux en prenant un air sévère.

    • Aucun secret n'échappe aux magiciens, dit-il. Tôt ou tard, nous saurons et je préfèrerais que ce soit tôt. Mon instinct me dit que vous dissimulez un danger et je dois savoir ce qu'il en est.

    Stefan le dévisagea mais ne dit rien et reporta ensuite son attention sur Sienna qui laissa échapper un profond soupir. Dans cette petite pièce chaleureuse qu'elle aurait sûrement appréciée en d'autres circonstances, il lui sembla que tous ses espoirs de sauver ses parents le plus vite possible s'éloignaient à chaque mot qu'elle prononçait.

    • Nous avons découvert un miroir magique à Alfea, dit-elle doucement, les yeux fixés sur ses pieds. Grâce au médaillon que j'ai pris chez mes parents, à Gardenia, le miroir s'ouvre et devient une porte. Et là, dans le placard, nous avons découvert un autre miroir, identique à celui d'Alfea, mais plus petit et qui ne s'ouvre pas avec mon collier.

    • Et la porte? Où mène-t-elle? demanda Tristan.

    • Dans la Dimension Enchantée, répondit Irissa. Au royaume de Mervonia.

    • Vous y êtes allées, comprit Stefan dans un soupir.

    • Ecoute Stefan... , commença Irissa.

    • Non, toi écoute! l'interrompit Stefan. Sienna était en sécurité à Alfea et tu l'as laissée partir dans un autre monde! Est-ce que tu réalises seulement ce que tu as fait?

    • Ce qu'on a fait, intervint Melodia. On est allées à cinq à Mervonia, on est toutes responsables de ce qui aurait pu nous arriver là-bas.

    • C'est censé me rassurer? cracha Stefan. Je ne veux plus que Sienna s'éloigne d'Alfea. Si vous allez à Magix, je veux être au courant. Et quoique vous fassiez, Flora doit le savoir, elle doit toujours pouvoir localiser Sienna.

    • Pourquoi ne pas directement lui coller une puce? suggéra Irissa en croisant les bras d'un geste agressif. On fait ça avec les toutous sur Terre tu sais.

    • Je n'ai jamais dit qu'elle était un petit chien, objecta Stefan d'une voix forte.

    • Tu fais comme si elle l'était, répliqua Irissa encore plus fort.

    • Arrêtez de parler de moi comme si je n'étais pas là! s'écria Sienna en se levant d'un bond.

    Le cri de Sienna, surprenant tout le monde, imposa le silence. La jeune fille fixa Stefan un moment puis décida de lui révéler tout ce qu'elle avait appris.

    • Stefan... Des gens meurent là-bas, à chaque instant, dit-elle d'une voix sourde.

    Stefan ouvrit la bouche comme pour dire quelque chose, mais aucun son n'en sortit. Sienna en profita pour se lancer dans le récit détaillé de l'histoire récente de la Dimension Enchantée. Elle confia tout ce que Nathanaël leur avait appris: l'invasion de l'empire, les populations affaiblies, le sort, l'arrivée d'un groupe de fées censé changer la situation... Stefan ne l'interrompit à aucun moment et attendit la fin du récit pour poser des questions. Tristan écoutait également, et l'expression de son visage devint plus grave au fur et à mesure que Sienna approchait de la fin de son histoire. Lorsqu'elle eut fini, Stefan se mit à faire les cent pas dans la pièce. Diego, lui, semblait totalement perdu et n'arrivait plus à suivre le cours des évènements.

    • Aller là-bas, aider ces gens..., dit doucement Stefan. Oui, bien sûr qu'il faut faire quelque chose mais toi, Sienna...

    • Le devoir d'une fée n'est-il pas de veiller à la sécurité et au bien-être des gens? répliqua Sienna, butée.

    Stefan leva les bras au ciel, en signe d'abandon.

    • Je renonce, tu n'en fais qu'à ta tête. Il s'agit de ta sécurité et tu ne veux rien écouter...

    • Stefan...

    Doucement, Sienna s'était approché de son ami et avait posé sa main sur son bras. Levant vers son visage ses grands yeux bleus, elle dit d'une voix douce:

    • Je ne sais pas comment l'expliquer mais je sens qu'il faut que j'aille là-bas. Je sais que je suis en sécurité à Alfea, mais je... je sens que je pourrais rester des années dans la Dimension Magique sans que rien ne change pour mes parents ou pour moi. Je ne peux tout de même pas rester cachée toute ma vie non? Les réponses à ce qui s'est passé à Gardenia sont ailleurs...

    • Dans un monde inexploré où tu veux aller sans aucune protection? Sienna... Tu ne sais pas ce que tu vas trouver là-bas, ni quels dangers se mettront sur ta route.

    Sienna baissa la tête. Elle savait au fond d'elle-même que Stefan avait raison, poursuivre des aventures dans la Dimension Enchantée sans prévenir les Winx serait une folie pure. Elle se tourna vers ses amies, dans l'espoir que l'une d'elles aurait un argument imparable, mais toutes lui rendirent des regards d'impuissance, ce qui ne fit qu'accroître le désarroi de Sienna.

    • La Dimension Enchantée n'est pas plus dangereuse que la Dimension Magique et à Mervonia, les filles ne courront pas de danger qu'elles ne pourront vaincre.

    Sienna sursauta et se retourna d'un bond lorsqu'elle entendit cette voix. Derrière le fauteuil où Stefan s'était rassis, la mystérieuse femme en noir était apparue, celle-là même que Sienna avait déjà vue deux fois à Mervonia. Mais au vu des mines surprises qu'elle voyait se peindre sur les visages de ses amis, la jeune fille comprit que cette fois, tout le monde la voyait.

    • Alors elle existe vraiment! s'exclama Irissa.

    • Vous la voyez aussi, n'est-ce pas? demanda Sienna.

    • A oui, ça, on la voit, confirma Lila.

    La femme, bien qu'entièrement cachée par son manteau à capuchon, fit un petit bruit qui ressemblait fort à un rire étouffé.

    • Qui êtes-vous? interrogea Tristan d'une voix agressive, en se levant d'un bond devant cette apparition fantomatique.

    • J'ai déjà vu cette femme, à Mervonia, répondit Sienna. Elle n'est pas méchante, c'est elle qui m'a indiqué où j'étais et ce que je devais faire.

    • Rencontrer le Gardien? questionna Stefan.

    Sienna approuva d'un hochement de tête.

    • Nous, nous ne l'avons jamais vue, ajouta Melodia. Seule Sienna pouvait la voir.

    • J'ai dépensé une grande partie de l'énergie magique que j'avais économisée pour venir ce soir, dit la femme. Et je ne pense pas pouvoir rester longtemps. Après cela, je ne pourrais pas réapparaître avant un long moment.

    Sienna retint son souffle. Si cette femme s'était donnée autant de peine aujourd'hui, c'était qu'elle avait sans doute des choses très importantes à dire, des choses que le groupe entier devait savoir.

    • J'ignore toujours votre nom, insista Tristan, qui semblait considérer comme une attaque personnelle qu'une femme ait pu apparaître à trois mètres de lui sans qu'il l'ait prévu.

    • Il ne vous servirait à rien de le savoir, dit la femme. Cela ne ferait que vous troubler un peu plus et vous vous posez déjà assez de questions comme ça.

    Sans un mot de plus, elle se tourna vers Stefan.

    • Mervonia n'est pas un endroit dangereux pour celles qui se font appeler Féerix Club, dit-elle doucement. Mais si vous le souhaitez, vous pouvez les accompagner là-bas, votre aide sera sûrement la bienvenue.

    • Pourquoi ne pas nous dire tout ce que vous savez... Madame? demanda le Spécialiste.

    La femme eut un bref rire devant ce qualificatif, et son rire, clair et pur, sonnait comme un ravissement pour les oreilles.

    • Parce que ce serait trop d'informations d'un coup, répondit-elle d'un ton plus sérieux. Vous ne comprendriez pas, vous auriez peur, vous vous méfieriez. La Dimension Enchantée a seulement besoin d'aide, une aide extérieure et ces jeunes filles ont besoin de la Dimension Enchantée. Là est leur destin.

    Melodia, Lila, Irissa et Talia échangèrent des regards surpris. Sienna, elle, buvait les paroles de la femme sans pouvoir détacher son regard d'elle.

    • Aidez Mervonia, reprit la femme. C'est tout ce que vous avez à faire, les réponses viendront d'elles-même ensuite, mais aidez Mervonia. Et n'en parlez pas. Quoiqu'il arrive, vous ne devez jamais vous séparer du Talisman de l'Océan. Personne ne doit vous le reprendre.

    Soudain inquiète à l'écoute de l'avertissement, Sienna porta machinalement la main à son cou pour sentir le bijou dans sa main.

    • Qui pourrait vouloir me le voler? s'écria-t-elle.

    • Toutes sortes de gens, répondit gravement la femme. Le Talisman de l'Océan est, pour l'heure, un trésor perdu, oublié. Peu de gens connaissent son existence. Assure-toi que les choses restent ainsi le plus longtemps possible. Ne le montre pas.

    Sienna hocha la tête pour montrer qu'elle avait compris. Puis elle se tourna vers Stefan.

    • Comme je te l'ai expliqué, dit-elle, on comptait en parler à Flora. Mais si on fait ça, elle voudra mon médaillon pour l'examiner et m'empêcher de retourner là-bas. N'importe quel adulte fera ça si on lui parle de Mervonia...

    • Allez avec elle, dit la femme. Mais s'il vous plaît, ne dites rien de ce que vous avez appris.

    Stefan les regarda toutes les deux un long moment et Sienna put voir qu'il réfléchissait intensément. Ne rien dire revenait pour lui à prendre le risque de se mettre à dos tous les adultes qui l'entouraient. Ses professeurs le traiteraient d'incapable et d'inconscient incapable d'assurer la protection de quelqu'un et en tant qu'apprenti Spécialiste qui commençait tout juste sa formation, il n'avait pas envie de cela. Sa mère lui faisait confiance pour veiller sur Sienna et Irissa et sa confiance comptait beaucoup pour le jeune homme. Les Winx elles-même désapprouveraient son choix s'il acceptait de ne rien dire et Stefan estima un instant que se mettre à dos les plus puissantes fées de son monde n'était pas une très bonne idée. D'un autre côté, il y avait Sienna, qui désirait plus que tout pouvoir retourner dans la Dimension Enchantée et tenter de découvrir si la clé pour sauver ses parents n'était pas là-bas. Bien sûr, c'était une quête que les Winx pouvaient mener à leur place. Mais si les Féerix étaient bien les «fées venues de loin » que Mervonia attendait, il leur faudrait tôt ou tard prendre le risque d'explorer cet autre univers... Et pour les parents de Sienna, le plus tôt serait le mieux.

    • C'est entendu, finit-il par dire. La prochaine fois que vous allez à Mervonia, je vous accompagnerai et si je juge qu'il n'y a pas de danger immédiat, alors nous y retournerons et nous verrons ce que nous pouvons faire pour le peuple mervonien. Mais que les choses soient claires: vous n'irez plus là-bas toutes seules et cette situation est provisoire. Tôt ou tard, nous préviendrons les professeurs que...

    Mais la fin de sa phrase fut coupée par un cri de joie. Sienna, brusquement soulagée, avait sauté au cou de son ami pour le remercier et Stefan, bien qu'un peu surpris par cette réaction soudaine, la tint étroitement serrée contre lui.

    • J'irai aussi, dit Tristan en se levant, après avoir jeté un coup d'oeil à Stefan.

    Melodia regarda le magicien mais ne dit rien. Elle savait qu'elle n'arriverait pas à le convaincre de la laisser tranquille maintenant qu'elle ne cachait pas ses allées et venues dans un royaume inexploré. De plus, elle ne voulait pas attirer l'attention des autres en se montrant trop antipathique vis à vis du magicien qui, il fallait l'admettre, pourrait leur être utile à Mervonia.

    • Diego ira aussi, ajouta la femme.

    Le jeune homme releva la tête en entendant son nom et la fixa, surpris, se demandant elle le connaissait.

    • Il y a beaucoup de choses que tu dois apprendre là-bas, dit simplement la mystérieuse femme.

    • Te... te entiendo..., bredouilla Diego.

    • Comment Diego peut-il vous comprendre? questionna Sienna.

    Mais la femme agita la main d'un air las, signe qu'il n'était plus temps pour elle de parler.

    • Je n'ai plus beaucoup de forces, dit-elle. Faites comme je vous l'ai dis et tout ira pour le mieux, faites-moi confiance.

    • Une dernière question s'il vous plaît, dit Irissa en se levant pour s'approcher. Le miroir dans le placard...

    • Ah oui! s'exclama la femme. N'y prêtez pas attention. Vous ne pouvez pas vous en servir. C'est un héritage de Diego, bien qu'il l'ait oublié.

    • Alors ça n'est pas une porte? insista Lila.

    • Si. Tous les miroirs sont des portes. Mais celle-ci est fermée et il ne sert à rien de chercher à l'ouvrir. Laissez-la fermée.

    Et sans un mot de plus, la femme s'évanouit comme un nuage de brouillard. Ses paroles mystérieuses au sujet du miroir de Diego avaient tout naturellement attisé la curiosité du groupe. Vers quel endroit incroyable pouvait-il mener? Pourtant, personne n'en reparla car le conseil de laisser cette porte fermée était dans tous les esprits et tous sentaient qu'il était préférable d'oublier le miroir magique.

    • Bon sang, il faudrait rentrer vous ne croyez pas? dit soudain Irissa.

    Elle montra du doigt la vieille horloge de grand-mère, en bois sculpté, accrochée au mur. Il était trois heures et demie du matin. A Alfea, le bal devait être fini depuis un bon moment et leur absence risquait d'être repérée. Les filles ne s'inquiétaient guère pour elles, on ne leur courrait pas après un soir de fête pour savoir si elles avaient bien regagné leur lit. Non, c'était plutôt l'absence d'un vaisseau des Spécialistes qui risquait de ne pas passer inaperçue!

    • Nous pourrions nous retrouver à midi pour aller à Mervonia, qu'en dites-vous? proposa Stefan. Si nous rencontrons ce Gardien, nous saurons vite si vous êtes les fées tant attendues ou non. Et si vous ne l'êtes pas, vous n'aurez aucune raison de retourner là-bas sans protection réelle.

    Irissa fusilla son frère du regard mais ne répondit rien. Elle comprenait qu'il veuille à tout prix prévenir des adultes afin qu'elles ne courent aucun danger en se rendant à Mervonia, mais le visage de Nathan s'imposa dans son esprit et les mots « aucune raison de retourner là-bas » restèrent coincés dans sa gorge.

    • Midi, ça me va, dit Sienna. Les fées se lèveront surement tard, nous pourrons vaquer à nos petites occupations tranquillement sans être surpris. Tu...llegas a casa con nosotros? ajouta-t-elle en se tournant vers Diego.

    Diego leva la tête vers elle et la hocha d'un geste déterminé. Personne n'était en mesure de dire quelle était sa place dans cette aventure, mais pour tous, la rencontre de ce soir n'était surement pas le fruit du hasard. Les pièces du puzzle se mettaient en place lentement, une à une. Diego venait d'accepter de rentrer avec ses nouveaux amis à Magix et il fut décidé que Stefan l'hébergerait à Fontaine Rouge le temps de trouver autre chose. Un à un, les amis quittèrent la pièce et la navette, laissée sur la plage et désormais réparée, reprit bientôt la route de la Dimension Magique.

     

    Le lendemain, midi arriva bien plus vite que les fées ne l'auraient voulu. Epuisées par une semaine riche en rebondissements, elles auraient voulu profiter du week-end pour se reposer et flâner, mais leur programme allait être énergique et mouvementé. Pour autant, elles ne s'en plaignirent pas, car retourner sur Mervonia était un réel plaisir. Irissa, en particulier, semblait ne ressentir aucune fatigue et se montrait même impatiente. Une fois toutes bien réveillées et habillées comme à leur accoutumée de tenues légères adaptées à l'été, les fées prirent ensemble un petit-déjeuner dans la grande salle à manger désertée. Elles avaient eu raison de penser que personne ne les dérangerait ce matin-là, il était près de onze heures et elles n'avaient croisé personne. Après avoir pris leur premier repas de la journée dans un silence ensommeillé, elles prirent la direction du portail de l'école, où elles avaient rendez-vous avec leurs amis.

    Stefan, Tristan et Diego étaient à l'heure au rendez-vous. Stefan se montra aussi tendre que d'habitude à l'égard de Sienna, bien que celle-ci sentit une pointe de retrait dans son attitude; il désapprouvait l'idée de se rendre à Mervonia, elle en était sûre. La jeune fille se dit qu'elle allait devoir faire en sorte de le faire changer d'avis le plus vite possible. Tristan n'avait pas quitté sa robe de magicien et gardait le visage fermé de celui qui attend la suite des évènements. Il salua le groupe de filles lorsqu'il les vit, sans accorder plus d'attention à Melodia qu'aux autres filles, ce dont la jeune fée lui fut reconnaissante. Quant à Diego, maintenant résident de Magix, il bénéficiait du sortilège de traduction et pouvait ainsi parler librement avec ses nouveaux amis. Talia, cependant, rappela que le sort ne fonctionnait que sur des créatures dotées de pouvoirs magiques, aussi les origines du jeune homme devinrent tout d'un coup bien mystérieuses. Ce dernier leur révéla que ses parents avaient été tués par un sorcier, deux ans plus tôt, mais il en ignorait la raison et cela ne suffisait de toute façon pas à expliquer d'où venait son lien avec la magie. Mais conscient que rester plantés devant le portail d'Alfea ne leur apporterait pas plus de réponse, les cinq filles et les trois garçons prirent le chemin du miroir magique, guidés par Sienna.

    La progression dans les couloirs déserts de l'école se fit rapidement et sans encombre et très vite, la porte magique de trois mètres de haut leur fit face. Stefan poussa un sifflement appréciateur.

    • Eh ben dites donc, souffla-t-il. J'avoue que je ne l'imaginais pas aussi impressionnant.

    Tristan, lui, examinait les écrits gravés sur le linteau, les sourcils froncés.

    • Ca ne ressemble à aucune langue de la Dimension Magique, marmonna-t-il.

    • Oui, c'est aussi la déduction que j'avais faite, se rengorgea Talia.

    • Ca voudrait dire que les personnes qui ont amené ce miroir ici venaient de la Dimension Enchantée? avança Lila. Et qu'ils sont repartis d'où ils venaient après avoir déposé le miroir?

    • Mais comment auraient-ils pu savoir que la Dimension Magique existait? interrogea Melodia.

    Mais déjà, dans un geste qui devenait presque familier, Sienna s'était approchée du miroir pour en ouvrir l'accès.

    • Les réponses ne sont pas de ce côté, dit-elle avec un sourire.

    A la vue du paysage de Mervonia, les garçons ne trouvèrent rien à redire. Pour Diego et Stefan, c'était un phénomène magique exceptionnel. Tristan, lui, avait déjà vu plus impressionnant. Mais qu'il soit mordu par le Grand Dragon lui-même s'il avait pu prévoir un seul instant qu'il passerait dans une autre dimension ce week-end là! Stefan dut lutter contre une soudaine envie de retenir Sienna en arrière lorsqu'il la vit s'engager dans la porte-miroir mais finalement, il la suivit avec le reste du groupe.

    Mervonia était baigné ce jour-là par l'intense lumière du soleil, un chaud soleil d'été. Le ciel, d'un bleu éclatant, n'était couvert que par quelques gros nuages blancs épars. Une douce brise tiède courrait dans l'herbe des collines, faisant se courber les arbres les plus frêles et au loin, agitant les oriflammes du château royal. Des volées d'oiseaux au plumage coloré nimbaient le ciel de reflets mouvants tandis que du sol montaient les parfums entêtants des milliers de fleurs de la prairie. Sienna inspira à pleins poumons. Quelle merveilleuse journée! Quelle douce sensation que d'être ici! Un bref coup d'oeil à ses compagnons lui indiqua qu'ils étaient tous trois sous le charme de la beauté enivrante et magique de Mervonia. Elle sourit.

    • Nathan!

    Sienna ne les avait pas vus mais le cri d'Irissa lui fit tourner la tête. Nathan et son ami Chris étaient installés sur de grosses pierres plates, non loin de là. A la lumière du jour, ils ne semblaient guère différents du souvenir que Sienna avait gardé de leur rencontre. Ils portaient le même genre de pantalons et de tuniques que la dernière fois qu'ils s'étaient vus et Chris avait le même chapeau à plumes. Nathan lui, avait noué ses cheveux en catogan, à part l'éternelle mèche blonde qui, laissée sur son front, n'en faisait qu'à sa guise. Il semblait toujours aussi accueillant et Chris avait même perdu son expression agressive des premiers temps au profit d'un sourire... qu'il perdit vite dès qu'il aperçut Diego, Stefan et Tristan.

    • Vous nous attendiez? questionna Irissa sans la moindre gêne après les avoir salués.

    • Qui sont vos compagnons, princesse? répondit simplement Chris.

    • Pas des ennemis, s'empressa de répondre Sienna.

    Et elle fit les présentations comme il se devait, afin d'éviter qu'il y ait le moindre malentendu et surtout que Chris ne ressorte brusquement son épée.

    • Stefan est le frère d'Irissa, Tristan est un magicien de Magix et Diego est un ami, il vient de la Terre. Ils sont là pour aider eux aussi.

    Chris sembla encore suspicieux mais Nathan élargit son sourire.

    • Très bien, si ce sont vos amis, alors ils sont les miens aussi, dit-il. Chris et moi avons passé l'essentiel de notre temps sur cette colline depuis deux jours, ajouta-t-il, à guetter votre retour, il est vrai. Si cela est bon pour vous, j'aimerais que nous allions voir le Gardien immédiatement.

    Comme personne n'y voyait d'objection, le groupe se mit en route sans plus attendre. A l'est de la ville, non loin de la cité se dressait une imposante forêt d'arbres immenses, aux feuilles d'un vert foncé presque irréel. Majestueuse, impénétrable, elle était d'une beauté à couper le souffle sous la lumière dense du soleil. Pourtant, elle avait également quelque chose d'inquiétant. Peut-être cela venait-il seulement de son apparence de forteresse verte, mais Sienna espérait qu'elle n'aurait pas à trop s'approcher de cet endroit. Toutefois, c'était à l'orée de cette forêt que le Gardien s'était installé et en route, le groupe, fort de ses nouveaux membres, fit plus ample connaissance. Stefan, déjà réticent à l'idée de venir à Mervonia, dont il appréciait pourtant la beauté, sembla se refermer encore plus lorsqu'il vit le rapprochement qui se manifestait déjà entre Irissa et Nathan. Chris, lui, se renfermait aussi, car plus il y avait de monde à surveiller, plus il se demandait comment assurer la sécurité de son prince et ami. Les jeunes filles ne l'inquiétaient pas, elles étaient probablement les fées dont parlait la légende et ne feraient rien contre Nathan. Mais qu'en était-il de ces jeunes hommes sortis de nulle part? Celui qui avait la peau bronzée, notamment, s'il avait bien suivi, elles ne le connaissaient pas depuis longtemps. Quelles garanties pouvaient-elles avoir qu'il n'était pas là pour faire le mal? Aucune, et ce fut la raison pour laquelle il garda la main à proximité du couteau qu'il avait à la ceinture.

    Le groupe contourna la cité car Nathan disait qu'il était plus prudent de voyager près des murailles plutôt que de couper à travers les prairies. Une mauvaise rencontre était peu probable selon lui mais on ne pouvait pas exclure que des soldats de l'empire soient cachés à Mervonia. Après avoir rejoint la cité, le groupe prit donc la direction de l'est en suivant un chemin pavé qui devint vite une petite route de terre. Cette route les conduisit droit jusqu'à la demeure du Gardien.

    Sienna, qui s'était plus ou moins attendue à un manoir ou pour le moins quelque chose d'impressionnant, eut la surprise de voir s'approcher d'elle, au fur et à mesure qu'elle avançait, une petite maison aux murs de briques crues et au toit de chaume. Les volets étaient en bois, une petite marche de pierre menait à la porte, boisée également et la fumée qui s'échappait de la cheminée trahissait la présence chez lui du Gardien.

    • On dirait la chaumière de Blanche-Neige, songea Sienna, dubitative.

    Toutefois, elle ne dit rien et continua d'avancer. Lorsque le groupe fut rassemblé devant la maison, Nathan frappa trois coups à la porte, se recula et attendit. Plusieurs minutes passèrent sans que rien ne bouge à l'intérieur. On n'entendait que le chant des oiseaux dans les arbres de la forêt et la rumeur de la foule dans la cité de Mervonia, au loin – le marché, avait indiqué Nathan. Tristan allait prendre la parole, visiblement pour suggérer de frapper à nouveau, lorsque la porte en bois s'ouvrit dans un grincement sourd. Sienna retint son souffle. Elle avait imaginé le Gardien comme un redoutable chevalier ou un mage surpuissant, dans tous les cas une personne vénérable dont la seule présence insufflait le respect, une personne puissante auprès de qui elle avait devoir tenter de plaider sa cause pour aider Nathan à sauver son royaume. Aussi ouvrit-elle de grands yeux surpris lorsque de la maison sortit un petit être d'une soixantaine de centimètres, vêtu d'une longue robe blanche de druide et recouvert d'un manteau brun à capuchon, rapiécé et usé. Son visage était creusé de tant de rides qu'il semblait impossible d'évaluer son âge. Dépourvu de cheveux, il n'avait plus que deux longues mèches blanches qui partait du sommet de son crâne. Le vieillard s'appuyait sur un bâton plus haut que lui, dont l'extrémité était incrusté d'une unique pierre ovale, d'une intense couleur violette.

    • Ok, si c'est la maison de Blanche-Neige, alors ça c'est le chef des sept nains, se dit Sienna, qui ne savait pas si elle était plus surprise ou amusée.

    • Bonjour, noble Gardien, dit toutefois Nathan, sans se soucier de l'apparence du vieillard.

    • Prince Nathan..., dit doucement le Gardien d'une voix chevrotante en reconnaissant son interlocuteur. Je croyais pourtant vous avoir dit, tout prince que vous êtes, que vous n'êtes pas celui qui doit...

    • Je sais, coupa Nathan. Mais aujourd'hui je viens avec des amies, ajouta-t-il en montrant de la main le Féerix Club.

    Le vieillard plissa les yeux pour voir de quoi il parlait, puis il les écarquilla et les promena sur chacune des jeunes filles, les détaillant de la tête aux pieds. Lorsque ce fut le tour de Sienna, la jeune fille se sentit mal à l'aise, gênée par l'examen visuel.

    • Ah oui..., marmonna le Gardien. Oui, oui, oui...

    Il s'approcha lentement de Sienna, en appuyant tout son poids sur son bâton. La jeune fille se pencha pour le regarder, s'attendant à ce qu'il lui adresse la parole et eut la surprise de le voir s'arrêter à côté de sa jambe, sur laquelle il appuya sa joue d'un air ravi.

    • Ah quelle douceur, jeune fée, dit-il. Oui, oui, oui, elle est parfaite.

    Sienna ouvrit de grands yeux, avant de regarder ses amis avec un air quelque peu dégoûté. Irissa s'approcha alors.

    • Heu, excusez-moi, mais..., commença-t-elle.

    Le Gardien se tourna alors vers elle et de son bâton, donna sans ménagement plusieurs coups sur les jambes de la jeune blonde.

    • Oui, solide aussi, approuva-t-il avec un sourire légèrement sadique.

    • Aïe! s'écria Irissa.

    • Gardien, appela Nathan en croisant les bras d'un geste impatient, pourriez-vous me dire si ces jeunes filles sont les fées dont vous m'avez parlé? Si elles ne le sont pas, pourriez-vous vous écarter d'elles, je vous prie? Ce sont aussi mes amies!

    Le vieillard leva alors vers Nathan un visage attendrissant baigné de quelques larmes.

    • Prince Nathan, oseriez-vous priver un innocent vieillard des rares plaisirs qui lui restent sur cette terre?

    • Oui, il oserait, confirma Chris avec un sourire carnassier.

    Le vieillard soupira mais n'ajouta. Revenant vers le prince, il répondit à sa question:

    • Assurément elles le sont, dit-il. Vous avez trouvé le seul moyen de rendre à ce pays sa liberté d'antan. Vous avez toutes les cartes en main à présent, ne les laissez pas filer. Et en parlant de carte...

    Il s'interrompit et rentra dans sa maison. La porte laissée ouverte suggérait qu'il était parti chercher quelque chose et n'allait pas tarder à réapparaître.

    • Alors... c'est lui le Gardien? demanda Sienna à voix basse.

    • Je parie que tu ne l'imaginais pas comme ça, dit Nathan avec un sourire amusé.

    • Nan, c'est certain, avoua Sienna, encore un peu déconcertée par la scène qui venait de se passer.

    • Sadique, pervers..., rien à voir avec un personnage de légende, commenta Stefan.

    • Et pourtant il est le seul qui peut nous aider à libérer Mervonia, dit Chris.

    • Et d'ailleurs, comment on va faire ça? demanda Melodia.

    Mais personne n'eut le temps de lui répondre car à cet instant, le Gardien sortit de chez lui, tenant dans sa main un rouleau de parchemin. Il observa le groupe, puis le tendit à Nathan.

    • Tenez, Votre Altesse, dit-il. Ceci est la carte magique de Mervonia. Le pays est prisonnier comme vous le savez, et sa prison a cinq portes. Ouvrez-les toutes et vous libérerez le royaume.

    • Vous n'avez pas d'explication plus claire à nous donner? interrogea Chris.

    • C'est déjà assez clair comme cela jeune homme! protesta le vieil homme. A présent si vous n'avez pas d'autre question plus intelligente que celle-là, laissez-moi profiter de ma retraite solitaire voulez-vous.

    Il fit un pas pour rentrer mais Sienna l'interpella.

    • Attendez s'il vous plait! Moi j'ai une question.

    Tout le groupe se tourna vers elle et le Gardien lui fit signe de la poser.

    • La dimension est en guerre, n'est-ce pas? Tous les royaumes ou presque sont emprisonnés. Alors si vous n'êtes pas du côté de l'empire, pourquoi ne libérez vous pas vous même les royaumes? Je suis sûre que vous savez exactement comment faire et que vous en avez le pouvoir...

    Sienna ne savait pas elle-même ce qui la poussait à parler ainsi. C'était comme si quelqu'un parlait à sa place. Pourtant, elle sentait que chacune de ses paroles était vraie. Mais juste après les avoir prononcées, elle sentit un bras la tirer en arrière. C'était Nathan.

    • Je lui ai déjà posé ces questions, Sienna, et crois-moi, il n'a pas vraiment apprécié, souffla-t-il d'un ton pressant. Il nous a donné ce qu'on voulait, pas la peine de le provoquer...

    • J'en ai le pouvoir, oui, dit doucement le vieil homme.

    Sienna et Nathan se tournèrent vers lui.

    • Les Gardiens de la dimension sont ceux qui ont créé ce sortilège infâme, poursuivit-il.

    Un grand silence suivit ces paroles. A présent, le petit être ne faisait plus du tout rire Sienna.

    • C'est vous qui avez..., éructa Chris.

    De rage, il sortit son épée et s'approcha du Gardien mais Nathan l'empêcha d'achever son geste.

    • Me tuer ne servirait à rien, jeune sot, dit le Gardien. Ce qui est fait, est fait. Les Gardiens, comme presque tous ceux qui ont prêtés secours à l'Empereur, ont été abusés et trahis. Mais nos pouvoirs hors du commun nous ont au moins permis, faute de pouvoir nous sauver nous-mêmes, de contribuer à sauver cette dimension avant qu'il ne soit trop tard. C'est à vous de prendre le relais à présent, au lieu de rester plantés là à décider de ma vie ou de ma mort.

    • « Faute de pouvoir nous sauver »? répéta Sienna. Expliquez-vous.

    • Vous devriez utiliser votre énergie pour sauver ce pays au lieu de la perdre en bavardages!

    Sans un mot de plus, le vieillard se retira dans sa chaumière en claquant la porte.

    • On peut ajouter irascible à la liste de ses qualités, commenta Tristan.

    • Nous avons la carte, c'est tout ce qui compte, répliqua Nathan en désignant le parchemin. D'après ce que j'ai pu apprendre du Gardien, la carte indique où se trouvent les cinq portes. Il nous suffit de nous rendre à chacune d'entre elles et de trouver un moyen de l'ouvrir.

    Dit comme cela, les choses semblaient simples mais personne dans le groupe n'était dupe: tous savaient qu'ils se lançaient dans une aventure qui n'allait pas être de tout repos. Toutefois, la confirmation que le Féerix Club était bien les fées tant attendues relançait l'espoir de Nathan de sauver son royaume et il était hors de question de s'arrêter à la moindre difficulté. Chris, lui aussi, était plus confiant et approuva son ami.

    • Tu as raison, dit-il. Fais-nous voir cette fameuse carte!

    Prenant le parchemin des mains du prince, il l'ouvrit en entier et le déploya devant lui. Tout le groupe se massa alors autour de lui pour l'examiner également... et la déception fut totale lorsqu'ils s'aperçurent que le parchemin était entièrement vierge!

    • Le vieux schnock s'est bien fichu de nous! s'écria Chris après plusieurs minutes d'un silence surpris. Quelle espèce de...

    • Non, attends, dit soudain Lila. Regarde...

    La carte resta vide une minute encore. Puis, de fines lignes noires apparurent, d'abord aux extrémités, puis ensuite au centre. Petit à petit, le royaume de Mervonia se dessinait sous leurs yeux, avec ses forêts, ses rivières, ses petits villages et sa grande cité royale, ses collines et ses montagnes... Ils apprirent que la colline où ils arrivaient en venant d'Alfea s'appelait justement la colline du Voyage. La carte indiqua également la chaumière du Gardien, devant laquelle apparurent neuf petits bonhommes, tous dessinés de la même façon grossière, avec un petit corps et une grosse tête.

    • Quoi? C'est nous ça? s'indigna Chris.

    La carte ne s'arrêta pas là. Après le groupe, elle indiqua un point doré, non loin de la chaumière.

    • Et ce point-là, c'est la première porte non? suggéra Irissa à la vue du point d'or.

    • C'est la Forêt de Brecheliant, dit Nathan.

    Il se tourna vers la forêt qui les dominait et passa sa main dans ses cheveux, ébouriffant au passage le sommet de son crâne.

    • Si la première porte est là-dedans, ça ne va pas être simple de la trouver.

    • Pourquoi? demanda Sienna. La forêt a l'air imposante et pas très accueillante, mais elle ne semble pas immense.

    Nathan se tourna vers elle.

    • C'est vrai, elle tient plus du bois que de la forêt, admit le prince. Mais, et même si ça n'est pas dans mes habitudes de croire aux contes de grand-mère, sache qu'on dit que cette forêt est hantée.

    Retenant son souffle, Sienna leva à son tour le regard vers la cime des arbres baignés d'une lumière d'or et tout à coup, la forêt ne lui parut plus magnifique du tout.

     

    Vous avez aimé le chapitre 11 de Féerix Club? Découvrez dès maintenant la suite dans le chapitre 12: Dans la forêt de Brecheliant! => cliquez ici 


     

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script><script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
     

  • Commentaires

    1
    fan des winx !!!!
    Mercredi 20 Octobre 2010 à 14:26
    j'adore le chap ! d'ailleur merci pour les résumé des 10 chapitre précédents, sa ma bien aidé , j'ai du relire tous ces résumé avan de lire ce chapitre tellement je m'en souvenais plus trop xD, enfin vivement le prochain chap !!! J'adore :D
    2
    lula feerique1 Profil de lula feerique1
    Mercredi 20 Octobre 2010 à 14:43
    merci ^^
    3
    cristalia
    Mercredi 20 Octobre 2010 à 15:35
    Merci pour ce chapitre ! Mais n'aurait-il pas du harry potter dans l'air (je parle de la carte)? Lol !
    4
    lula feerique1 Profil de lula feerique1
    Mercredi 20 Octobre 2010 à 15:38
    J.K rowling n'a rien inventé avec sa carte du maraudeur tu sais et il me semble pouvoir utiliser ce genre d'élément sans qu'on pense directement à de la copie.. lol!
    5
    Marine
    Mercredi 20 Octobre 2010 à 15:58
    Ce chapitre est tout simplement génial! Vivement le prochain. Merci
    M.C.
    6
    winx45
    Jeudi 28 Octobre 2010 à 11:34
    ces qund que tu mets la suiste moi jai lu tous les chapitre en 4 H

    Mais sinon continu comme sa ces trop bien
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :