•  

    Chapitre 12 :

    Dans la forêt de Brecheliant

     

    Le groupe se remit en route presque aussitôt. En chemin, il fut décidé que la reine devait être mise au courant de la suite des évènements et Chris fut chargé de retourner au château lui faire un rapport complet sur l'entrevue avec le Gardien. Pendant ce temps, le restant du groupe tenterait de trouver la porte dans la forêt. Il n'avait pas fallu beaucoup de temps aux compagnons pour comprendre que leur mission devait être menée de façon discrète. S'ils réussissaient à libérer Mervonia, rien n'empêcherait l'empire de tenter de l'envahir. Mais s'ils agissaient discrètement, ils avaient une chance que l'empereur ne remarque pas tout de suite ce qui se passait. Ils avaient également cru comprendre qu'ils auraient le soutien du Gardien pour ne pas être repérés, ce qui était un atout supplémentaire.

    Sienna marchait en tête du groupe avec Nathan, Irissa et Stefan. Personne ne pouvait dire ce qui allait se passer maintenant mais si le Talisman de l'Océan était utile à la suite des opérations, Sienna ne voulait pas rester en arrière. Au bout d'une dizaine de minutes toutefois, n'y tenant plus, elle se tourna vers Nathan.

    • Je ne crois pas aux fantômes, déclara-t-elle. Mais d'un autre côté, il y a encore quelques jours, je ne croyais pas non plus que j'avais des pouvoirs magiques. Alors... dis-moi ce qui hante cette forêt, s'il te plaît.

    Nathan la considéra un instant, puis commença son récit.

    • Une femme, dit-il. Une princesse, morte il y a cent dix ans. Elle vivait au palais de Mervonia et ses parents avaient décidé qu'elle épouserait l'héritier d'un royaume voisin.

    • Et elle ne voulait pas? questionna Irissa.

    • Oh, si, assura Nathan. Elle était très éprise de son fiancé. Toutefois, sa soeur aînée aussi, et elle était folle de jalousie envers sa cadette. Le jour de la cérémonie de fiançailles, le prince vint avec sa cour au palais de Mervonia. Malheureusement, il eut un accident en route. Les moyens de transport de l'époque n'étaient pas comme ceux de maintenant, ils dépendaient beaucoup de la magie et n'étaient pas très sécurisés. Les moyens de communication non plus. Le prince se retrouva donc perdue en rase campagne mervonienne, à des dizaines de kilomètres du château de sa belle.

    • Et qu'est-ce qu'il a fait? demanda Sienna.

    • La seule chose qu'il pouvait faire: il a envoyé chercher des secours. Mais les hommes de main de sa future belle-sœur ont intercepté son messager en route. Voyant qu'il ne revenait pas, le prince en a envoyé un autre, mais la même chose s'est reproduite. Et ainsi de suite jusqu'à ce que le prince se retrouve seul.

    Nalia continuait d'avancer, au rythme des paroles de Nathan. Le bois approchait et elle sentait qu'elle n'allait pas aimer la suite de l'histoire. De plus, elle détestait les histoires d'amour contrariées, elle les trouvait trop tristes.

    • Là s'arrête l'histoire, reprit Nathan. La suite appartient à la légende. On raconte que la soeur de la fiancée du prince est venue elle-même le retrouver dans la campagne et lui a déclaré sa flamme, le suppliant de l'épouser. Devant le refus du prince, on raconte qu'elle l'aurait sauvagement égorgé et aurait enterré le corps dans un fossé. Mais ce n'est pas tout...

    • Tu commences à me faire peur, déclara Irissa en passant une main sur sa gorge et en déglutissant avec difficulté.

    • Cette femme, d'après ce qu'on dit, faisait aussi de la sorcellerie. Elle aurait emprisonné l'âme du prince dans une prison de verre et l'aurait cachée au plus profond de la forêt de Brecheliant. En apprenant cela, la fiancée du prince aurait accouru dans la forêt pour retrouver ce qui restait de son grand amour et... elle n'aurait plus jamais quitté la forêt depuis.

    Le groupe s'arrêta aux portes de la forêt, en même temps qu'Irissa qui venait d'interrompre brutalement sa marche.

    • Il est hors de question que je mette un pied dans cette forêt, déclara-t-elle avec un signe du bras pour signifier son refus catégorique.

    • On n'a pourtant pas le choix, dit Lila en arrivant à sa hauteur.

    • Attends, t'as entendu la légende de la forêt? questionna Irissa en agrippant Lila par le bras.

    • J'ai entendu, rassure-toi, confirma Lila. Mais il y a une porte dans cette forêt, donc on n'a pas le choix.

    Sienna sentait, plus qu'elle ne savait réellement, que Lila mourrait d'envie de pénétrer dans la forêt. Depuis la première fois qu'elle l'avait vue, quelques jours plus tôt, les regards de la jeune fille se posaient souvent sur ce bout de verdure ombragée. C'était presque comme un appel. Rien ne saurait l'empêcher d'entrer dans le bois. Heureusement, la mention faite par Lila de la porte sembla ramener Irissa à ses obligations et elle capitula.

    • Ok, on y va, dit-elle. Mais pas comme ça...

    Ses yeux se posèrent sur ses amies et elle sembla réfléchir un instant, avant d'agiter ses doigts fins, aux bouts desquels apparurent des étincelles magiques. Sienna n'eut pas le temps de poser une question qu'elle se sentit étrangement et subitement.... nue! Elle regarda son corps d'un air affolé et vit qu'il était entouré d'une halo blanc. Ses vêtements étaient doucement en train de disparaître, au profit d'une nouvelle tenue, créée par magie par Irissa. Elle se retrouva vêtue d'une mini jupe dans le même style que la sienne, mais ornée d'une large ceinture, et d'un sous pull blanc couvert par une veste sans manche. Ses pieds se retrouvèrent chaussés de bottines dont le haut bordé de fourrure arrivait à ses genoux. Deux mèches de ses longs cheveux s'étaient au passage tressées et l'ensemble de sa tenue était d'une teinte bleutée, aux motifs de camouflage.

    • J'aime bien mais... c'est censé nous... camoufler? demanda-t-elle d'une voix hésitante.

    • Bien sûr que non, répondit aussitôt Irissa d'un ton satisfait devant son oeuvre.

    Irissa portait une courte jupe en jean et un pull aux motifs de camouflage. Elle avait par-dessus une veste sans manche du même style que celle de Sienna, mais relevée par un col de fourrure. Ses bottes ornées elles aussi de fourrure lui arrivaient au-dessus du genou et une casquette en tissu souple était posée sur son crâne, ramenant deux longues mèches blondes sur son visage.

    • C'est censé être fashion, voilà tout, ajouta-t-elle.

    Il y avait en effet peu de chance que sa tenue aux motifs de camouflage rose réussisse à la cacher dans un milieu forestier, mais la jeune fée sembla s'en soucier très peu. Sienna hocha la tête, pas vraiment convaincue, et se tourna vers Lila, Melodia et Talia qui s'extasient devant leurs nouveaux vêtements.

    Lila portait un pantalon vert, un court pull jaune et un poncho en laine. Elle était chaussée de chaussures de randonnées et ses longs cheveux étaient séparés en deux nattes. Son camouflage vert était le seul qui méritait vraiment l'appellation « camouflage ».

    Melodia était de loin la plus élégante avec sa courte robe en laine violette et son boléro. Elle portait des bottines blanches sur de longues chaussettes et le béret sur sa tête était la touche ultime sur une tenue déjà très stylée.

    Talia avait une robe dans le même genre, mais plus claire et bordée de fourrure. Elle portait de longues mitaines aux bras et des bottes blanches à fourrure. Sa courte chevelure était tressée mais une ou deux mèches trop courtes tombaient sur son visage.

    • On peut y aller maintenant? demanda Tristan, que tant de frivolité semblait agacer.

    • Tu voulais une nouvelle tenue toi aussi, peut-être? demanda Irissa.

    Pour toute réponse, Tristan passa devant elle sans rien dire et Nathan entraîna la jeune fille à sa suite avant qu'elle n'ait le temps de commencer une dispute.

     

    Le groupe pénétra lentement dans la forêt. Chacun gardait les yeux grands ouverts, s'attendant presque à chaque pas à voir quelque chose d'inhabituel ou de dangereux et surtout, cherchant des yeux la porte qu'ils devaient ouvrir. Des chênes immenses les dominaient de toute leur hauteur. Malgré leur feuillage dense, les rayons du soleil passaient largement entre leurs branches, inondant la forêt d'une lumière jaune chaleureuse. A la voir ainsi, il était difficile d'imaginer que l'endroit était hanté. La forêt était majestueuse, imposante mais certainement pas effrayante. Sienna eut un sourire. Lila, qui marchait à sa droite, eut quant à elle un froncement de sourcil, comme si quelque chose l'inquiétait.

    Après une dizaine de minutes de marche silencieuse, le décor changea. Une fine brume s'était levée et était devenue un brouillard épais. La lumière du soleil avait totalement disparu et un vent froid s'était levé soudainement. Sienna se réjouit du changement de tenue imposée par Irissa car leur fourrure les protégeait du froid. Les arbres qu'ils croisaient étaient de moins en moins hauts, en revanche, ils n'avaient presque pas de feuilles et leurs branches nues avaient l'apparence de bras menaçants.

    • Quel décor, souffla Irissa. S'il y a un fantôme dans cette forêt il ne doit pas être très loin.

    • Tu dis ça pour nous rassurer? commenta Melodia, mal à l'aise.

    • Non, je dis ça parce que...

    • Chut! coupa Nathan?

    Irissa se tut, surprise. Elle détestait généralement être coupée de la sorte mais lorsque c'était Nathan qui l'interrompait, elle ne disait rien, attendant la raison qui justifierait un tel acte.

    • Vous n'entendez rien? demanda-t-il.

    Les compagnons tendirent l'oreille. Sienna n'entendait rien d'autre que le souffle du vent dans les branches des arbres et leur propre respiration pressée. Elle s'apprêtait à répondre quand tout à coup, elle l'entendit aussi. C'était un bruit sourd et lointain, elle ne parvenait pas à l'associer à quelque chose de connu.

    • On dirait un grognement, commenta Tristan.

    • Et ça se rapproche..., ajouta Stefan.

    Une minute s'écoula encore, qu'ils passèrent à scruter l'horizon. Ils n'y voyaient pas à trois mètres devant eux. Le grognement semblait provenir d'une bête sauvage particulièrement grosse et Sienna ne trouva plus la forêt magnifique du tout. Puis soudain, le bruit s'arrêta. Un silence pesant s'abattit sur la forêt, même le vent ne produisait plus aucun son. Sienna s'apprêtait à demander si, à leur avis, c'était bon ou mauvais signe, lorsque soudain, le grognement se fit entendre de nouveau, mais beaucoup plus proche cette fois.

    • Courez! s'écria Nathan.

    Sienna se mit à courir aussitôt, entraînée par Stefan qui avait saisi sa main. A leurs côtés, leurs amis couraient dans la même direction qu'eux, tentant de mettre la plus grande distance possible entre eux et la bête qui les poursuivait. Sienna n'osait pas se retourner, mais elle entendait parfaitement un piétinement de sabots sur le sol de la forêt et elle estima que l'animal, si toutefois c'en était un, devait être à moins de dix mètres derrière elle.

    • C'est quoi ce truc? demanda-t-elle, hors d'haleine.

    • Je pense qu'il vaut mieux ne pas le savoir, répondit Stefan à bout de souffle. Ne ralentis pas!

    Ils continuèrent à courir quelques minutes, puis soudain Stefan tira brutalement Sienna vers la gauche. Avec un petit cri étouffé, Sienna se retrouva plaquée contre le tronc d'un chêne massif, Stefan sur elle. Le jeune homme lui fit signe de se taire et tourna la tête dans la direction du chemin qu'ils venaient de quitter. Le piétinement de sabots se rapprocha mais ne bifurqua pas dans leur direction. La bête continua tout droit et s'enfonça dans une zone de marécages boueux. Sienna respira alors de plus en plus fort, au fur et à mesure qu'elle entendait l'animal s'éloigner. Stefan s'écarta d'elle et elle put voit ses amis sortir de leur cachette, tous ayant trouvé refuge derrière des troncs d'arbre pour duper leur poursuivant.

    • Et maintenant? demanda Diego, qui semblait ne pas croire ce qui lui arrivait.

    • Par là, répondit Nathan qui indiqua du doigt un chemin au bout duquel une lumière dorée brillait.

    Le groupe reprit sa route, bien plus inquiet qu'auparavant. Nathan leur demanda de signaler tout ce qui leur paraîtrait sortir de l'ordinaire. Sienna retint alors un rire nerveux. TOUT depuis plusieurs jours sortait pour elle de l'ordinaire. Elle préféra toutefois ne rien dire et continua à avancer. Le bout de forêt qu'ils traversaient maintenant était plutôt rassurant, les arbres étaient de nouveau des chênes pleins de vie, la lumière du soleil était revenue. Seule la brume persistait. Lila se mit vite à hauteur de Nathan, en tête du groupe, pour lui parler tout en marchant.

    • Il y a quelque chose dans cette forêt qui n'a rien à y faire, souffla-t-elle. Et je ne parle pas seulement de la bête de tout à l'heure.

    • J'avais remarqué, figure-toi, répondit sombrement le prince. Ca me tue de l'admettre, mais les légendes étaient fondées.

    • Les arbres souffrent, insista Lila. Quelque chose ou quelqu'un leur fait mal. Ils me l'ont dit.

    • Les arbres te parlent? intervint Sienna en ouvrant des yeux ronds.

    Lila se tourna vers elle et sourit.

    • Oui, répondit-elle. Mon pouvoir me permet d'entrer en contact avec la nature.

    • Alors ça c'est carrément trop cool! s'exclama Sienna. Le mien je ne saurais même pas te dire à quoi il sert.

    Lila s'apprêtait à répondre lorsqu'un cri dégoûté les fit sursauter. Melodia, qui marchait en queue du groupe, s'était arrêtée devant les feuilles rouges d'un arbre. Depuis quelques temps, les feuilles des arbres arboraient de superbes couleurs rougeoyantes, comme si l'automne était soudainement tombé.

    • Qu'est-ce qu'il y a? demanda Tristan en s'approchant.

    Il s'immobilisa en voyant ce que Melodia montrait du doigt, et tout le groupe fit cercle autour d'eux. Les feuilles, d'un rouge sombre impressionnant, n'avaient pas été touchées par les couleurs de l'automne. C'était bien plus horrible que ça. Elles saignaient...

    • Comment... Comment des feuilles peuvent-elles saigner? demanda Melodia à voix basse.

    • Ce sont les arbres qui saignent, dit Lila, horrifiée, pas les feuilles. Quelqu'un les fait souffrir. On ne devrait pas rester ici.

    Nathan leva la tête et regarda autour de lui. Sienna aurait juré savoir ce qu'il pensait. Il était partagé entre l'envie de trouver la porte et le devoir de ne pas prendre de risques inutiles. Que devaient-ils faire?

    • BLANG!

    Le groupe sursauta. Un bruit sourd, provenant du lointain, venait de tous les surprendre. On aurait dit le claquement d'une porte, mais en beaucoup, beaucoup plus violent.

    • C'était quoi ça? s'écria Talia.

    • BLANG!!

    • Ca se rapproche, commenta Diego avec son accent espagnol.

    • BLANNG!!!

    • On file! s'écria Tristan.

    Mais Sienna, pas vraiment d'humeur pour une nouvelle course afin d 'échapper à Dieu seul savait quoi, ne bougea pas. Elle voulait voir ce qui les poursuivrait cette fois. Et elle ne fut pas déçue. La forêt elle-même en avait après eux! Le claquement était en fait le bruit de dizaines de branches qui tombaient brutalement de la cime des arbres, formant d'infranchissables murs de bois de plusieurs mètres de hauteur et longs d'une bonne dizaine de mètres. Il était inutile d'imaginer ce qui se passerait pour la malheureuse victime qui se retrouverait sous ces branchages et Sienna, après avoir ouverts de nouveauxdes yeux ronds comme des soucoupes, décida de commencer immédiatement un impressionnant sprint. L'espace d'un instant, elle se demanda s'ils avaient vraiment une chance de sortir vivants de cette forêt. Trouver la porte n'était même plus à l'ordre du jour.

    • J'ai une mauvaise nouvelle, annonça tout à coup Talia, juste derrière elle.

    • Bon sang quoi encore?! s'exclama Sienna. Les arbres sont armés??

    • Nan mais c'est pas mieux, haleta Talia. Mon ordinateur ne fonctionne plus. On peut dire adieu à notre seule chance de repartir par là d'où on est venus.

    Les choses allaient de plus en plus mal. Cela faisait maintenant près de deux heures qu'ils étaient entrés dans la forêt de Brecheliant. A leur arrivée, Talia en avait établi un plan sur son ordinateur de poche et ils s'en servaient pour se repérer. A présent, ils allaient devoir se passer de cette aide pourtant bienvenue. Comment allaient-ils ressortir de la forêt? Jamais Sienna n'aurait pu imaginer que trouver les portes serait aussi difficile. Et ils n'en étaient qu'à la première...

    Le groupe ne cessa de courir que vingt minutes plus tard, quand ils n'entendirent plus rien. Quand bien même les branches auraient continué de tomber autour d'eux ils se seraient probablement arrêtés quand même, Talia étant totalement incapable d'aller plus loin sans reprendre son souffle. Les compagnons reprirent leur respiration pendant un moment puis relevèrent la tête.

    • Attendez une minute, dit doucement Stefan.

    Il regarda autour de lui. Le groupe était maintenant dans une sorte de clairière. De tous les côtés, d'épais murs de branches les empêchaient d'aller plus avant. Tristan se retourna pour constater que derrière eux, la voie qu'ils avaient prises pour venir était en train d'être bouchées par d'épaisses ronces.

    • Cette forêt maudite nous a amenés exactement là où elle le souhaitait, dit-il. Nous sommes pris au piège!

    • On a un autre problème, dit Irissa d'une voix blanche.

    Le groupe se tourna vers elle, se demandant quelle mauvaise nouvelle allait encore leur tomber dessus.

    • Où sont Nathan et Lila?

     

    Dans la précipitation, Nathan et Lila s'étaient retrouvés à courir sur un chemin parallèle à celui emprunté par le reste du groupe. Malheureusement, ils avaient fini par se perdre de vue et quand les deux jeunes gens avaient cessé de courir, ils étaient perdus. Le brouillard s'était de nouveau levé et un froid hivernal s'abattait sur leurs épaules. Lila serra son poncho contre elle.

    • Et maintenant?

    • On doit retrouver les autres, répondit Nathan.

    • Comment? On ignore totalement quelle direction ils ont prise.

    Un grand silence suivit ces paroles. Lila frissonnait. Soudain, elle sentit quelque chose sur son épaule et se retourna brusquement, mais il n'y avait rien. Elle ne voyait rien autour d'elle qui sortait de l'ordinaire, pourtant, elle sentait qu'il y avait quelque chose. Tout à coup, elle sentit un souffle glacé contre sa nuque et fut parcourue d'un long frisson. Lentement, elle se retourna pour se trouver face à... un fantôme! Elle sursauta si fort qu'elle se retrouva les fesses par terre sur un tas de feuilles mortes. Lila était une terrienne, et même si elle avait eu le temps d'apprendre à utiliser la magie avec Irissa, les fantômes et autres créatures magiques l'impressionnaient autant que Sienna.

    La femme qui lui faisait face était très pâle, presque transparente. Elle était vêtue d'une robe somptueuse de couleur rose, ornée de rubans de couleurs. Ses longs cheveux blonds flottaient autour d'elle malgré l'absence totale de vent.

    • Tu es une petite fée bien courageuse, Lila, dit-elle d'une voix suave. Pars, ce n'est pas toi que je veux.

    • Co... comment-ça? balbutia la jeune fille.

    • Oui je m'en doutais, dit Nathan en s'avançant.

    Lila le regarda, impressionnée. Contrairement à elle, il semblait ne ressentir aucune peur devant l'apparition.

    • Votre soeur est montée sur le trône peu de temps après avoir tué votre fiancé, n'est-ce pas? Je suis donc son descendant le plus direct et vous voulez passer votre vengeance en me tuant, comme vous auriez aimé la tuer elle.

    • Tu es un prince avisé, Nathan, répliqua la princesse. Pourtant tu as été assez sot pour t'aventure au coeur de Brecheliant. Pourquoi?

    • Parce que je jurerais que vous ne feriez pas couler le sang d'un habitant de votre royaume.

    Lila fut impressionnée par la prestance que dégageait Nathan à cet instant mais la princesse, elle, éclata de rire.

    • Erreur fatale mon ami!

    Elle leva les bras et les deux compagnons purent entendre un nouveau craquement au-dessus d'eux. Des tonnes de branches étaient en train de s'abattre sur eux!

    • Magique Féerix!

    Un halo de lumière entoura Lila tandis qu'elle entamait sa transformation féerique. Elle savait d'instinct qu'elle ne pourrait pas éviter les branches. Il ne lui restait plus que la magie pour les sortir, Nathan et elle, de cette délicate situation. Sa tenue de randonnée céda la place à une brassière jaune brillante, reliée par une bride verte à un double volant froncé rose et vert que Lila portait sur un short jaune. Des bottines roses et un bracelet au-dessus du coude vinrent compléter sa parure de fée. Deux magnifiques ailes brillantes apparurent dans son dos tandis que ses longs cheveux mauves se nouaient en queue de cheval. Aussitôt transformée, Lila commença à scintiller mais elle n'y prêta pas attention. Elle se releva vivement et leva les bras:

    • Bouclier floral!

    Une gigantesque fleur écarlate sortit du sol et engloba Nathan et Lila sous ses pétales. Le vacarme que firent les branches en tombant sur la fleur ressemblait à un tonnerre de  fin du monde.

    • Ca va résister ton truc tu crois? interrogea Nathan.

    • Il le faut! répliqua Lila en maintenant son sort actif avec l'énergie du désespoir.

    La fleur disparut au moment où les dernières branches tombaient. Lila, épuisée, se sentit tomber sur le sol au milieu des branchages. Nathan s'agenouilla à côté d'elle pour s'assurer qu'elle allait bien. Lila ramassa alors une branche dans sa main et la sentit froide, comme morte.

    • Il y a tant de haine dans cette forêt, souffla-t-elle. Les arbres... ont pourtant connu l'amour ici.

    Elle se redressa à genoux et leva la tête vers la princesse.

    • C'est cela n'est-ce pas? Vous et votre fiancé veniez vous réfugier ici pour être seuls et vous vous aimiez dans cette forêt. Vous n'avez que des bons souvenirs ici, alors pourquoi avoir hanté cette forêt avec votre haine, alors que c'est vous-même qui l'avez rempli de votre amour?!

    Son ton, de plus en plus assuré au fur et à mesure de ses paroles, était presque devenu un cri. Mais cela ne sembla pas impressionner la défunte princesse, qui n'avait pas bougé.

    • Ne parle pas de l'amour, tu ne sais pas ce que c'est petite fée, dit-elle.

    • C'est vrai, admit Lila. Je n'ai jamais aimé comme vous. Mais je reste persuadée que jamais l'amour ne devrait engendrer la haine.

    Sa voix était teintée de conviction et la jeune princesse s'approcha d'elle.

    • Suis-moi, dit-elle simplement.

    Quand bien même Lila aurait voulu refuser, elle n'aurait pas pu. D'un geste de la main, la princesse la fit décoller du sol. Les ailes de Lila battaient sans qu'elle les commande. Elle jeta un regard impuissant en direction de Nathan, qui la regardait s'éloigner. Le voyage ne fut pas très long. Très vite, Lila et la princesse se retrouvèrent dans une clairière bordée d'arbres immenses, baignée par une lumière laiteuse. Une brise au parfum printanier agitait les branches des arbres et, au centre de la clairière, un bloc de verre était posé. Lila s'approcha lentement et put voir qu'un jeune homme richement vêtu y était allongé.

    • C'est...? demanda-t-elle dans un murmure.

    La princesse approuva d'un hochement de tête.

    • Alors c'était vrai, souffla Lila. Votre soeur a emprisonné l'âme du prince dans une prison de verre.

    • Cela fait cent dix ans que je viens ici chaque jour, murmura la princesse. Quand mon prince est mort, je suis venue le rejoindre ici et je me suis laissée mourir de chagrin. Alors maintenant dis-moi Lila, est-ce juste? Malgré tout l'amour que nous avons échangé, cela fait plus d'un siècle que nous sommes séparés.

    • Mais tuer Nathan ne vous le ramènera pas, dit gravement Lila. Vous ne pouvez pas libérer son âme?

    • Je n'en ai pas le pouvoir. Ce verre est magique, un fantôme ne saurait le traverser.

    • Pourquoi ne pas avoir demandé de l'aide alors?

    La princesse resta silencieuse un instant. Peut-être que cela aurait été la solution, en effet.

    • Je crois que le chagrin qui m'a emportée était tellement fort qu'après cela je ne pouvais plus ressentir que de la haine et que j'ai laissé cette haine faire de cette forêt mon royaume. Je n'ai plus parlé à personne depuis si longtemps... Tu es la première.

    • Pourquoi moi? s'étonna Lila.

    • Je suppose que c'est parce que tu me rappelles mes plus belles années, dit la princesse en souriant pour la première fois. J'étais à peine plus âgée que toi quand je suis morte et je sens en toi que ton coeur est prêt à aimer comme je l'ai fait.

    • Je ne voudrais pas vous contredire , altesse, mais je doute que vous ayez raison. J'ai assez peu d'estime pour les garçons voyez-vous.

    La princesse éclata alors de rire.

    • Oui je l'ai ressenti, ne t'en fais pas. Mais je sais aussi qu'il y en a un qui va trouver grâce à tes yeux. Un prince.

    • Un... prince? Quoi, Nathan? C'est pas ce que vous croyez, il n'est pas pour moi.

    Lila se tut devant le sourire de la princesse et reporta son attention sur le cercueil de verre. S'il était magique, la magie pourrait peut-être le briser? Elle ne perdait rien à essayer. Elle s'accroupit immédiatement et posa ses mains sur le sol:

    • Lierre magique, brise cette prison de verre!

    Des racines sortirent de terre, un lierre fort et vigoureux entoura le cercueil comme s'il était muni de mains et s'y agrippa, et serra, serra, jusque à ce que le verre éclate en mille morceaux. Lila se protégea des éclats avec un bouclier en forme de fleur et quand elle regarda de nouveau, elle put voit la princesse voler avec grâce vers le jeune homme qui venait d'ouvrir les yeux.

    • Mon prince, murmura-t-elle.

    Elle déposa un doux baiser sur ses lèvres puis se tourna vers Lila. Le prince se releva et l'imita. Aussi fantomatique que sa fiancée, il était vêtu d'un pourpoint doré et d'un pantalon brodé bordeaux. Lila fut impressionnée de les voir là tous les deux, si beaux, si heureux.

    • Comment te remercier, ma douce amie? demanda la princesse. Grâce à toi, j'ai retrouvé mon amour.

    • Eh bien, Votre Altesse, répondit Lila en se relevant, si nous sommes entrés dans cette forêt, mes amis et moi, c'est parce que nous cherchons une porte, une porte magique. Nous devons l'ouvrir.

    • Oui je vois de quoi tu parles, dit la princesse.

    Elle tendit la main vers deux arbres séparés par environ deux mètres de distance et une magnifique grille d'or apparut entre les arbres. Lila écarquilla les yeux. Puis, dans un silence total, le verrou de la grille explosa dans une gerbe d'étincelles dorées, la grille s'ouvrit puis disparut. Il n'en resta bientôt plus qu'une grosse étincelle d'or qui vint se poser dans la main de Lila. Après un bref éclair de lumière, l'étincelle devint une petite clé en or. Lila quitta alors son costume magique pour retrouver ses habits normaux, son pantalon et son poncho.

    • La porte s'est ouverte, génial! s'écria Lila.

    • Je suis contente si tu as pu accomplir ta mission, dit la princesse. Désormais Brecheliant ne sera plus une forêt hantée. Ce sera la plus belle forêt de Mervonia. Mon ami et moi allons partir là où nous serons en paix mais si un jour tu as besoin de nous, viens nous voir ici, nous serons là pour toi.

    • Merci infiniment, Vos Altesses, répondit Lila en s'inclinant. Ah au fait, mes amis!

    • La forêt va leur indiquer la route à suivre pour te retrouver. Faites bonne route!

    Le prince la prit alors par la main et tous deux s'envolèrent vers le ciel. Lila les suivit du regard jusqu'à ce qu'ils soient hors de vue. Une demi heure plus tard, lorsque les amis de Lila la retrouvèrent assise sur une souche d'arbre, au milieu d'une clairière illuminée de soleil, ils contemplèrent un bref instant le magnifique spectacle d'une fée de la nature, posée dans son élément, le regard rêveur et un sourire apaisé sur les lèvres.

     

    Vous avez aimé le chapitre 12 de Féerix Club? Découvrez tout de suite le chapitre 13: Haute Voltige en cliquant ici 


     

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script><script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
     

    86 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique